Nextia.uno : cherchons le savoir, osons agir

Nextia.uno : cherchons le savoir, osons agir

Nextia.uno : cherchons le savoir, osons agir

Dans le film « Matrix », nous aurions pris la pilule rouge sans hésiter. La bleue signifiait que Neo continuerait à vivre tranquillement dans un monde édifié par d’autres ; la rouge signifiait révéler le fonctionnement du système de façon radicale. 

Qu’est-ce que Nextia ?

Le mot « Nextia » vient de la langue nahuatl (originaire du Mexique) et signifie : découvrir, révéler un secret, éclairer, manifester, faire apparaître ou rassembler, mais aussi créer. Ainsi, ce site Internet se fonde sur les significations suivantes : chercher ce qui est nécessaire pour la vie (« nitla-nextia ») [1] et miroir qui fait apparaître les choses (« tezcatla-nextia »)[2].

Pourquoi Nextia.uno ?

Uno, ou « un », représente ce qui est solitaire et, en même temps, le tout, l’unité.

Nextia.uno est un moyen de préciser ce qui est nécessaire à la vie de l’ensemble, de rendre visibles les connaissances qui ne le sont pas et de proposer des actions d’amélioration. Sachant que l’action individuelle a un impact sur la responsabilité planétaire, nous nous reconnaissons acteurs du monde de demain.

Brève histoire de Nextia.uno

En 1636, Galileo Galilei est condamné par l’Inquisition, alors qu’il a prouvé, grâce au télescope, que c’est la Terre qui tourne autour du Soleil, et non l’inverse. La justice de l’époque exige qu’il réfute sa théorie, l’oblige à se rétracter publiquement et à affirmer qu’il ne s’agit que d’une hypothèse, et non de quelque chose de prouvé. La légende dit que lorsqu’il a dû nier ses propres découvertes et prétendre que la planète Terre était statique, il a murmuré « eppur si muove », qui signifie : et pourtant, elle bouge.

L’audace d’eppur si muove a inspiré ce site, qui vise à mettre en lumière des connaissances négligées mais importantes. Nous savons que le progrès de l’humanité a dépendu – et dépend ? – des découvertes de certains et certaines qui ont été contraints de garder le silence. Nous savons aussi que tout savoir est produit sur un certain territoire, et qu’il joue avec les règles de pouvoir du lieu et du temps auxquels il a été développé. C’est pourquoi, puisque nous avons une « histoire universelle », nous voulons la reprendre à partir d’espaces, de moments et de personnes, passées ou présentes, qui ne figurent pas dans le discours autant qu’elles le devraient, de par le rôle qu’elles ont réellement joué ou qu’on leur a conjoncturellement attribué.

De ce fait, nous avons voulu mettre en avant les peuples indigènes d’Amérique Latine. Nous avons pensé, par exemple, à Silvia Rivera Cusicanqui, une autoproclamée « sochologue » (de par l’appropriation d’une insulte qui voulait la dénigrer car elle est sociologue et étudie les « cholos », façon péjorative d’appeler les peuples indigènes). Avec des origines aymara (Bolivie), elle a développé le concept Ch’ixi (prononcé « chéjé »), qui signifie « ne nier ni une partie ni l’autre, ni chercher la synthèse mais, au contraire, admettre la permanence de la lutte entre ce qui est indien et ce qui est européen en nous ». Nous sommes un mélange qui n’exclut pas l’identité.

Le concept de ch’ixi de Silvia Ribera Cusicanqui nous a fait traverser le temps et les cultures, jusqu’au mot nahuatl « nextia » et le domaine « .uno ».

Mieux vaut allumer une bougie que de maudire l’obscurité

Nous sommes tous importants. Le résultat de cette cellule originaire qui, il y a environ 3800 millions d’années, a donné naissance à la vie. Notre humanité accepte au fur et à mesure les découvertes des philosophes, scientifiques, artistes et penseurs. Puisque nous savons que le monde ne va pas suffisamment bien, nous essayons de détecter les injustices et de proposer une manière différente de positionner l’histoire et le présent. Nous ne nous arrêtons pas à l’analyse, nous prenons des risques en faisant des propositions et en agissant.

Chez Nextia.uno, nous voulons nous éloigner du status quo (nous savons que ce n’est pas facile) et faire de la place pour les intellectuels qui sont identifiés comme alternatifs, ainsi qu’à la sagesse populaire. Nous abordons les questions gênantes lorsque cela est nécessaire et proposons des solutions qui, si elles ne s’inscrivent pas dans le cadre de ce qui est acceptable, cherchent à élargir ce cadre.

« Les différences nous enrichissent, le respect nous unit » : c’est ainsi que nous défendons la liberté d’opinion par-dessus le libertinage d’expression. En d’autres mots, nous ne tolérons pas l’intolérance, c’est-à-dire les insultes et les adjectifs qui disqualifient tout argument (y compris la xénophobie, le racisme, la discrimination, le jugement d’une religion, une ethnie ou l’orientation de genre ou sexuelle). Mais nous encourageons et accueillons les critiques constructives, dans les articles ou sur le forum. Nextia.uno est une plateforme de proposition d’alternatives, qu’elles soient idéologiques ou d’action, qui cherche à promouvoir le dialogue et le consensus. Par conséquent, la critique doit être faite en faveur du progrès de l’humanité en tant qu’ensemble unifiable, et non en tant qu’individus atomisés.

Pour nous, le défi est d’être inclusifs. Nous avons décidé d’adopter un langage lisible et non sexiste. Ceci peut parfois être inconfortable parce qu’il est nouveau, mais cela ne veut pas dire qu’il est erroné. Puisque la langue est une chose vivante, nous avons choisi d’être militants. Comme le dit Eduardo Galeano : « beaucoup de petites personnes, faisant de petites choses, dans de petits endroits, peuvent changer le monde ». Nous invitons donc à la compréhension des lecteurs/lectrices.

Nous connaissons l’importance des mots et nous respectons la parole écrite. Nous croyons à l’autonomisation citoyenne et à la révolution de la solidarité. Nous encourageons les utilisateurs d’Internet et les communicateurs responsables, à travers le transfert d’informations avec réflexion et connaissance. Nous soutenons la transformation de la communication en une culture inclusive versus les fake news.

Ce que nous écrivons aujourd’hui est le résultat d’expériences accumulées depuis la cellule originaire de la vie. Conscients que les idées sont constamment influencées et réinjectées à travers le temps et la géographie, au point qu’il est parfois difficile de connaître la titularité univoque d’une œuvre, nous respectons les droits d’auteur. C’est pourquoi nous sommes reconnaissants à tous les êtres qui nous ont permis d’arriver jusqu’ici, de l’inventeur (inventrice ?) de la roue jusqu’à vous, qui nous lisez.

Finalement, nous sommes nés dans ce système et nous acceptons d’être la génération qui l’améliore : soit nous le faisons en le transformant, soit nous continuons dans le fameux « c’est la vie », alors qu’il a été démontré qu’ « en tant qu’humanité, c’est ainsi que nous avons construit la vie ». Nous sommes partisans des gens qui choisissent de savoir.

Nextia.uno
Cherchons le savoir, osons agir !


[1] http://www.gdn.unam.mx/diccionario/consultar/palabra/nextia/id/17759

[2] https://books.google.es/books?id=dO1W3b844eEC&pg=PA166&lpg=PA166&dq=nextia+filosof%C3%ADa+nahuatl&source=bl&ots=VrN0d3t0hj&sig=ACfU3U3mmvHLT8AXbc6acCKKl_2wmE8NSg&hl=es&sa=X&ved=2ahUKEwi2n9eMrsXpAhVE5eAKHRF2A20Q6AEwA3oECAgQAQ#v=onepage&q=nextia&f=false

¡Comparte!/Partagez!/Share!
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *